Istanbul … le transport

Istanbul, ville de plus de 13 000 000 d’habitants, dédale sinueux et archaïque de petites rues, de grands boulevards et de ponts qui mélange modernisme et patrimoine historique. Le transport peu y sembler compliqué, mais n’est pas aussi incompréhensible que ça.

istanbulkartPremièrement la  » Istanbul Kart », je l’ai évidemment pas trouvé la première journée… Elle n’est pas vendue à des guichets officiels mais par le billet de librairies ou de dépanneur dans les environs d’une station. Elle vous coûtera 7 TL ou 8 TL ou 9 TL… alouette. En fait comme tous les prix à Istanbul, cela varie selon l’endroit et l’humeur du commerçant.

Cette carte est évidemment vide à l’achat vous devez vous diriger vers un guichet automatique du transport en commun et la remplir. J’ai passé 9 jours à Istanbul avec 25 TL. Le prix du transport est grandement diminué avec la carte et varie selon la période du jour. Sans la carte, vous devez acheter des jetons « token » en plastique (environ 3 TL) à l’entrer des stations de transport en commun.

Istanbul_Rapid_Transit_Map_with_Metrobüs_www.whereistanbul.net_

Pour le tourisme de base, la ligne T1 sera votre lot quotidien. Ce tramway va du funiculaire Taksim - Kabatas jusqu’à l’extérieur du mur de Théodose II en passant évidemment par le Grand Bazar, Topkapi et le duo Sainte-Sophie et Mosquée Bleu. Le funiculaire Taksim-Kabatas vous monte à la place Taksim dans le district Beyoğlu. Découvrez le quartier historique de Galata, visitez la gallerie d’Art Ottoman Tophane-i Amire dans celui de Tophane, le quartier de Karaköy ou vous trouvez une multitude de petits pâté de « magasin » typique (quincaillerie, plomberie, moteur… etc.) et évidement  le quartier festif Taksim, grouillant de monde où vous trouvez bar, restaurant, shopping en descendant la grande rue piétonne Istiklal qui elle est desservie par la ligne de tramways vintage Tunnel.

Promenade à Istanbul

Promenade à Istanbul

Hagia Sophia – Sainte-Sophie

 

Ancienne Église chrétienne du temps de Constantinople, la basilique Sainte-Sophie fut convertie en mosquée au XVe siècle sous le sultan Mehmed II. Désaffectée du culte, elle est transformée officiellement en musée par le président Atatürk en 1934.

Préparation du départ pour 3 semaines en Turquie

Istanbul
Istanbul

Départ bientôt pour la Turquie a destination d’Istanbul pour 9 jours. Ensuite à Bandirma par ferry et quelques jours basé à Izmir, Éphèse et autres sites historiques étant à proximité. Pour ce premier voyage territoire Turque je devrai oublier la Cappadoce et autre site à l’est du pays, la Turquie est un pays vaste et les distances sont impressionnantes … même pour un Québécois. Plus de 1000 km en largeur, c’est la distance approximative de la ville de Montréal à l’extrémité ouest du lac Supérieure au Minnesota.

Le VISA pour la Turquie

Même si plusieurs sites affirment que l’achat du visa est simplement administratif, un genre de taxe du voyageur qui peut être acheté directement à l’aéroport, je n’ai pas pris de chance et me le suis procuré très facilement sur le site de l’ambassade de Turquie du Canada au prix de 60. US.

J’ai bien fait car j’ai évité une première ligne d’attente à l’aéroport. IMPORTANT : si vous n’avez pas de visa vous ne passer pas… donc j’ai vu plusieurs (dans le sens de PLUSIEURS) faire la file pour le douanier et être retourné à la file pour le visa qui est juste avant la grande salle. Le hic, c’est que l’aéroport Atatürk est très achalandé et que la sortie est longue… dans mon cas 3h avant d’atteindre le guichet du douanier et si vous n’avez pas de visa, vous n’aurez pas de passe droit… vous devez refaire la ligne d’attente et plusieurs avions sont arrivées pendant que vous attendiez… bip… pensez-y!

Aussi que votre séjour soit de 2 jours ou 3 mois, vous devez payer le visa, donc prévoir dans votre budget si vous êtes européen et pouvez facilement voyager à Istanbul pour le week-end.

Une préparation technologique pratique

Pour la première fois, je ne pars pas avec un portable, mais une tablette… une XOOM de Motorola. De façons très pratiques googleMap et Google translate permet de télécharger des données offline… attention… uniquement sur Android, oublié votre IPad et Iphone.

Alors j’ai la carte d’Istanbul, d’Izmir et d’Athènes sur ma tablette, ainsi que les langues Turques et Grec installé et prêt à consulté… sans connexion… super! Fini la carte chiffonnée et vive les politesses a porté de main.

La suite bientôt.

 

Venise – Le transport… vos pieds et le vaporetto

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAVenise est une ville unique! Les seuls moyens de transport sont vos jambes et le vaporetto… pas d’auto, pas de bus, pas de vélo et des millions de blocs de pierre qui pavent votre chemin.

La première chose qui me viens à l’esprit peut sembler anodine… MAIS ho ma foi très importantes… les chaussures ! Vous voudrez prendre soin de votre principal mode de transport… vos pieds. , avoir des espadrilles ou des souliers plats fermés est indispensable pour avoir du bon temps. Même si les pavés de Venise sont généralement en bon état, le chemin est parsemé d’embuche. D’ailleurs une des roulettes de ma valise n’a pas aimé la route, elle c’est désintégrée sur 100 m entre la station de Vaporetto et mon hôtel. Alors les sandales thong et les talons hauts… oublié ça! J’ai vu « live » une dame disparaitre de mon horizon. M’engagent sur le pont je voyais la dame à partir de la mi-cuisse et pouff… elle disparaît d’un coup. J’ai accéléré le pas et l’ai trouvé par terre son talon dans la main. Heureusement elle n’avait qu’une égratignure, ça cheville était intacte…

Et pourquoi pas les thongs? … c’est plus comique, mais plusieurs États-uniens se promènent avec leurs Saks Fifth Avenue et des catins sur les orteils… pas très chic … à vous de voir si ça vous dit.

Procurez-vous une carte de Venise et tracez l’itinéraire jusqu’à votre hôtel . Ce que j’ai vu en quantité à Venise ce sont des touristes perdus… dont moi-même à l’arrivée. Demander son chemin est impossible car vous tombez à 90% sur des touristes qui sont aussi perdus que vous. Oubliez le GPS et google Map!

Le seul Vénitien que j’ai trouvé pour m’indiquer le chemin m’a dit quand je lui ai montré l’adresse de l’hôtel : « ho vous savez il est difficile de trouver à Venise si vous n’avez qu’une adresse »… He bien! J’ai passé deux fois devant mon hôtel sans le voir… une petite plaque dorée à hauteur de nombril indiquant Palazzo Selvadego en lettres stylisés. Cela dit, un très bel hôtel qui est une annexe moins dispendieuse de l’Hôtel Monaco & Grand Canal à deux pas de la place St-Marc.

4445357-List_of_stops_on_Route_1_VeniceLa chose qui m’inquiétait était le système de transport public, les vaporettos. Assurément, manquer son arrêt où se tromper de sens peu vous causez des retards pas mal sérieux si vous ne marcher pas sur l’eau ;) A ma première journée j’ai fait pas mal de détours, agréables tout de même, je n’étais pas pressé. Finalement c’est simple… les vaporettos arrivent de la gauche ou de la droite et vous avez une affiche vers la gauche et une vers la droite indiquant les prochaines stations, dans certains cas les quais ne sont pas nécessairement du côté ou vous avez embarqué. Repérez les enseignes « al vaporetto », elles sont petites et peuvent être sur des ruelles minuscules. Certains grands arrêts peuvent avoir plusieurs quais, par exemple à Ferrovia où a Zaccaria. Il y a trois arrêts San Marco : Zaccaria (après le palais des Doges) , Giardinetti (aligné avec le côté OUEST de San Marco) et Vallaresso (côté OUEST de San Marco, une rue avant). Les lignes 1 et 2 sont les principales lignes et couvrent le Grand canal… alors si vous êtes perdue ligne 1 ou 2 ;) si vous aller au Lido et que vous revenez avec la ligne 5.1 ou 5.2, ne vous trompez pas de quai car le détour est salé si vous partez vers San Pietro au lieu de San Elena.

Repérez le vaporetto prêt de votre hotelenseigne-al-vaporetto

Voici la carte déroutante du circuitCarte Vaporetto Venise

Carte Vaporetto Venise